Ma question au Gouvernement sur la mortalité …

Ma question au Gouvernement sur la mortalité croissante des abeilles.

J’attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur la biodiversité et sauvegarde des abeilles.

Indispensable, les abeilles peuvent polliniser en une journée jusqu’à trois millions de fleurs. En France 72,2 % et en Europe 84 % des terres agricoles destinées à l’alimentation ont besoin d’insectes pollinisateurs. Selon la Fondation pour la recherche sur la biodiversité, « 5 à 8 % de la production agricole mondiale de 2016, représentant une valeur marchande annuelle de 235 à 577 milliards de dollars, est directement attribuable à la pollinisation ». Henri Clément, secrétaire général et porte-parole de l’Union nationale de l’apiculture française, considère qu’en 20 ans la production de miel est passée : « de 50 kg de miel par ruche et par an à une douzaine de kg ».

En 10 ans, 15 000 apiculteurs ont disparu. Pour les autres, leur situation est extrêmement précaire. Le recours aux néonicotinoïdes déciment les abeilles, et engendrent une baisse de production de miel. En France, 30 % des colonies disparaissent chaque année. Alors que dans les années 1990, la France produisait 35 000 tonnes de miel par an, en 2016 et en 2017, cette production est passée « sous la barre des 10 000 tonnes ». Cette situation est d’autant plus regrettable que les Français consomment 30 000 tonnes de miel par an. Pour pallier ce manque les importations de miel augmentent (miels chinois, argentins, ukrainiens). S’ils sont moins chers ils sont aussi souvent de moins bonne qualité (ajout de sucres). Le réchauffement climatique n’est pas sans conséquence : les abeilles: « ont de plus en plus de mal à trouver des ressources. Cette année [en 2017] j’ai vu que les abeilles avaient faim en juillet sans rien pouvoir ramener à la ruche », observe Henri Clément.

Des solutions existent. Tout d’abord, de nouveaux crédits doivent être alloués à l’Institut des abeilles. Le 4 novembre 2017, son président, Jean-Yves Froisset, insistait : « il manque à l’Institut, financé à 90 % par des crédits d’État, entre 500 000 et 1 million d’euros pour faire face aux missions qui lui sont confiées ». Un arsenal législatif doit également être adopté dans les plus brefs délais pour lutter contre la concurrence déloyale, européenne et mondiale, que subissent les apiculteurs français, notamment en matière d’étiquetages trompeurs qui induisent en erreur le consommateur sur l’origine du miel qu’ils achètent (mélange de miel originaires ou non originaires de l’Union européenne). Il convient également de poursuivre la lutte progressive contre les insecticides néonicotinïdes (dans la lignée de la loi votée le 8 août 2017) qui détruisent les insectes et mettent en danger la santé des Français. Une étude franco-suisse estime ainsi que « 75 % des miels analysés contiennent des traces de ces substances neurotoxiques ».

Je demande quelles mesures le Gouvernement compte prendre pour lutter contre la mortalité croissante des abeilles et la baisse de production de miel, pour venir en aide aux apiculteurs et lutter contre la concurrence déloyale de miels étrangers.

Share this Story
  • Ligne à grande vitesse en Occitanie, disparition …

    Ligne à grande vitesse en Occitanie, disparition programmée des "petites lignes" : ma lettre à la Ministre des Transports.
  • La lutte contre le logement indigne et les …

    La lutte contre le logement indigne et les marchands de sommeil doit s'amplifier. En donnant plus de pouvoir aux communes.
  • Je viens d’être nommée vice-présidente du …

    Je viens d'être nommée vice-présidente du groupe d'étude Villes moyennes à l'@assemblée. Mon engagement pour #Béziers a été salué par la présidente du groupe. Une nomination exceptionnelle pour une députée non inscrite.
  • Encore et toujours défendre la LGV …

    Encore et toujours défendre la LGV Montpellier-Perpignan ! Le rapport du président du conseil d’orientation des infrastructures remis le 1er février 2018 à la ministre chargée des Transports portait, entre autres, sur la LGV Montpellier-Perpignan. Sa lecture fut une bien mauvaise nouvelle. Il proposait, ni plus ni moins, de reporter aux calendes grecques la LGV Montpellier-Perpignan que nous attendons depuis trente ans mais laissait la porte ouverte au tronçon Montpellier-Béziers pour au mieux 2023 ! Comme si notre région n’avait pas assez attendu. Et pourtant, aujourd’hui même, lors d’un petit-déjeuner débat avec le PDG de SNCF Réseau, M. Patrick Jeantet, ce dernier a affirmé qu’il était « extrêmement nécessaire de faire quelque chose ». Encore une fois, il ne s’agit pas d’un caprice de provinciaux, le ministère doit savoir que le réseau, selon l’Observatoire de la saturation mis en place par le gouvernement lui-même, est « saturé ». Le PDG de SNCF Réseau poursuivait d’ailleurs en disant que ses équipes étaient prêtes. La SNCF a investi des dizaines de millions d’euros dans des études pour réaliser notre LGV et elle n’attend que le feu vert du ministère. La réalisation de la LGV Montpellier-Perpignan permettra de dégager de nouvelles capacités pour tous les types de trafic et améliorera la régularité et la fiabilité des TER régionaux. Cette LGV, c’est aussi une lutte contre la congestion routière et la pollution, une façon d’entrer dans une transition écologique… Les propos de M. Patrick Jeantet doivent nous rassurer ! Plus que jamais nous devons continuer notre mobilisation en faveur de cette LGV, qui doit passer dans un bassin de vie parmi les plus denses de France avec plus de 2 millions d’habitants. Si la volonté du gouvernement est vraiment de faire de la mobilité du quotidien l’un des enjeux majeurs de notre pays, qu’il le démontre !
  • « SCANDALE » WAUQUIEZ

    "SCANDALE" WAUQUIEZ : on ne va quand même pas être choqués, pour une fois qu'un politicien parle sans langue de bois ! Entendre certains politiques dénoncer « le cynisme et la brutalité » de Laurent Wauquiez aux lendemains de la diffusion de ses propos lors d’une rencontre avec des étudiants d’une école de commerce de Lyon, fait sourire quiconque s’est un peu frotté au monde politique justement. Un monde dont l’immense majorité des acteurs pratique le cynisme au quotidien, le double langage à longueur de temps et la langue de bois devant le moindre micro. Faut-il reprocher au leader des Républicains son imprudence ou s’insurger contre une époque qui voit un étudiant se transformer en délateur ? Faut-il dénoncer une « faute lourde » de M. Wauquiez ou s’inquiéter de l’effondrement du mur qui séparait jusqu’ici le public du privé, au fondement de notre modèle de société et des libertés qui l’accompagnent ? Faut-il regretter les mots très durs sur ceux qui sont censés être ses « amis » politiques ou s’interroger sur la véracité de certaines de ses assertions ? Sans comparer la France et les Etats-Unis de Donald Trump, difficile de ne pas souligner le ras-le-bol partagé par les « petites gens » à l’égard d’une classe politique qui a en commun le goût de mots boucliers, d’un langage émasculé, de discours tellement peu en prise avec une réalité qu’elle s’emploie à maquiller. S’il y a scandale, c’est dans ce déni commun du réel. Si Laurent Wauquiez devait - même à son corps défendant - participer à le montrer du doigt, on ne saurait l’en blâmer.
  • Le #rapportTaché veut encore faciliter …

    Le #rapportTaché veut encore faciliter l'#immigration. Pour la modique somme de. ..600 millions d'euros ! #folieMigratoire #ParraineUnMigrant
Load More Related Articles
  • Ligne à grande vitesse en Occitanie, disparition …

    Ligne à grande vitesse en Occitanie, disparition programmée des "petites lignes" : ma lettre à la Ministre des Transports.
  • La lutte contre le logement indigne et les …

    La lutte contre le logement indigne et les marchands de sommeil doit s'amplifier. En donnant plus de pouvoir aux communes.
  • Je viens d’être nommée vice-présidente du …

    Je viens d'être nommée vice-présidente du groupe d'étude Villes moyennes à l'@assemblée. Mon engagement pour #Béziers a été salué par la présidente du groupe. Une nomination exceptionnelle pour une députée non inscrite.
  • Encore et toujours défendre la LGV …

    Encore et toujours défendre la LGV Montpellier-Perpignan ! Le rapport du président du conseil d’orientation des infrastructures remis le 1er février 2018 à la ministre chargée des Transports portait, entre autres, sur la LGV Montpellier-Perpignan. Sa lecture fut une bien mauvaise nouvelle. Il proposait, ni plus ni moins, de reporter aux calendes grecques la LGV Montpellier-Perpignan que nous attendons depuis trente ans mais laissait la porte ouverte au tronçon Montpellier-Béziers pour au mieux 2023 ! Comme si notre région n’avait pas assez attendu. Et pourtant, aujourd’hui même, lors d’un petit-déjeuner débat avec le PDG de SNCF Réseau, M. Patrick Jeantet, ce dernier a affirmé qu’il était « extrêmement nécessaire de faire quelque chose ». Encore une fois, il ne s’agit pas d’un caprice de provinciaux, le ministère doit savoir que le réseau, selon l’Observatoire de la saturation mis en place par le gouvernement lui-même, est « saturé ». Le PDG de SNCF Réseau poursuivait d’ailleurs en disant que ses équipes étaient prêtes. La SNCF a investi des dizaines de millions d’euros dans des études pour réaliser notre LGV et elle n’attend que le feu vert du ministère. La réalisation de la LGV Montpellier-Perpignan permettra de dégager de nouvelles capacités pour tous les types de trafic et améliorera la régularité et la fiabilité des TER régionaux. Cette LGV, c’est aussi une lutte contre la congestion routière et la pollution, une façon d’entrer dans une transition écologique… Les propos de M. Patrick Jeantet doivent nous rassurer ! Plus que jamais nous devons continuer notre mobilisation en faveur de cette LGV, qui doit passer dans un bassin de vie parmi les plus denses de France avec plus de 2 millions d’habitants. Si la volonté du gouvernement est vraiment de faire de la mobilité du quotidien l’un des enjeux majeurs de notre pays, qu’il le démontre !
  • « SCANDALE » WAUQUIEZ

    "SCANDALE" WAUQUIEZ : on ne va quand même pas être choqués, pour une fois qu'un politicien parle sans langue de bois ! Entendre certains politiques dénoncer « le cynisme et la brutalité » de Laurent Wauquiez aux lendemains de la diffusion de ses propos lors d’une rencontre avec des étudiants d’une école de commerce de Lyon, fait sourire quiconque s’est un peu frotté au monde politique justement. Un monde dont l’immense majorité des acteurs pratique le cynisme au quotidien, le double langage à longueur de temps et la langue de bois devant le moindre micro. Faut-il reprocher au leader des Républicains son imprudence ou s’insurger contre une époque qui voit un étudiant se transformer en délateur ? Faut-il dénoncer une « faute lourde » de M. Wauquiez ou s’inquiéter de l’effondrement du mur qui séparait jusqu’ici le public du privé, au fondement de notre modèle de société et des libertés qui l’accompagnent ? Faut-il regretter les mots très durs sur ceux qui sont censés être ses « amis » politiques ou s’interroger sur la véracité de certaines de ses assertions ? Sans comparer la France et les Etats-Unis de Donald Trump, difficile de ne pas souligner le ras-le-bol partagé par les « petites gens » à l’égard d’une classe politique qui a en commun le goût de mots boucliers, d’un langage émasculé, de discours tellement peu en prise avec une réalité qu’elle s’emploie à maquiller. S’il y a scandale, c’est dans ce déni commun du réel. Si Laurent Wauquiez devait - même à son corps défendant - participer à le montrer du doigt, on ne saurait l’en blâmer.
  • Le #rapportTaché veut encore faciliter …

    Le #rapportTaché veut encore faciliter l'#immigration. Pour la modique somme de. ..600 millions d'euros ! #folieMigratoire #ParraineUnMigrant
Load More By Emmanuelle Ménard
  • Ligne à grande vitesse en Occitanie, disparition …

    Ligne à grande vitesse en Occitanie, disparition programmée des "petites lignes" : ma lettre à la Ministre des Transports.
  • La lutte contre le logement indigne et les …

    La lutte contre le logement indigne et les marchands de sommeil doit s'amplifier. En donnant plus de pouvoir aux communes.
  • Je viens d’être nommée vice-présidente du …

    Je viens d'être nommée vice-présidente du groupe d'étude Villes moyennes à l'@assemblée. Mon engagement pour #Béziers a été salué par la présidente du groupe. Une nomination exceptionnelle pour une députée non inscrite.
  • Encore et toujours défendre la LGV …

    Encore et toujours défendre la LGV Montpellier-Perpignan ! Le rapport du président du conseil d’orientation des infrastructures remis le 1er février 2018 à la ministre chargée des Transports portait, entre autres, sur la LGV Montpellier-Perpignan. Sa lecture fut une bien mauvaise nouvelle. Il proposait, ni plus ni moins, de reporter aux calendes grecques la LGV Montpellier-Perpignan que nous attendons depuis trente ans mais laissait la porte ouverte au tronçon Montpellier-Béziers pour au mieux 2023 ! Comme si notre région n’avait pas assez attendu. Et pourtant, aujourd’hui même, lors d’un petit-déjeuner débat avec le PDG de SNCF Réseau, M. Patrick Jeantet, ce dernier a affirmé qu’il était « extrêmement nécessaire de faire quelque chose ». Encore une fois, il ne s’agit pas d’un caprice de provinciaux, le ministère doit savoir que le réseau, selon l’Observatoire de la saturation mis en place par le gouvernement lui-même, est « saturé ». Le PDG de SNCF Réseau poursuivait d’ailleurs en disant que ses équipes étaient prêtes. La SNCF a investi des dizaines de millions d’euros dans des études pour réaliser notre LGV et elle n’attend que le feu vert du ministère. La réalisation de la LGV Montpellier-Perpignan permettra de dégager de nouvelles capacités pour tous les types de trafic et améliorera la régularité et la fiabilité des TER régionaux. Cette LGV, c’est aussi une lutte contre la congestion routière et la pollution, une façon d’entrer dans une transition écologique… Les propos de M. Patrick Jeantet doivent nous rassurer ! Plus que jamais nous devons continuer notre mobilisation en faveur de cette LGV, qui doit passer dans un bassin de vie parmi les plus denses de France avec plus de 2 millions d’habitants. Si la volonté du gouvernement est vraiment de faire de la mobilité du quotidien l’un des enjeux majeurs de notre pays, qu’il le démontre !
  • « SCANDALE » WAUQUIEZ

    "SCANDALE" WAUQUIEZ : on ne va quand même pas être choqués, pour une fois qu'un politicien parle sans langue de bois ! Entendre certains politiques dénoncer « le cynisme et la brutalité » de Laurent Wauquiez aux lendemains de la diffusion de ses propos lors d’une rencontre avec des étudiants d’une école de commerce de Lyon, fait sourire quiconque s’est un peu frotté au monde politique justement. Un monde dont l’immense majorité des acteurs pratique le cynisme au quotidien, le double langage à longueur de temps et la langue de bois devant le moindre micro. Faut-il reprocher au leader des Républicains son imprudence ou s’insurger contre une époque qui voit un étudiant se transformer en délateur ? Faut-il dénoncer une « faute lourde » de M. Wauquiez ou s’inquiéter de l’effondrement du mur qui séparait jusqu’ici le public du privé, au fondement de notre modèle de société et des libertés qui l’accompagnent ? Faut-il regretter les mots très durs sur ceux qui sont censés être ses « amis » politiques ou s’interroger sur la véracité de certaines de ses assertions ? Sans comparer la France et les Etats-Unis de Donald Trump, difficile de ne pas souligner le ras-le-bol partagé par les « petites gens » à l’égard d’une classe politique qui a en commun le goût de mots boucliers, d’un langage émasculé, de discours tellement peu en prise avec une réalité qu’elle s’emploie à maquiller. S’il y a scandale, c’est dans ce déni commun du réel. Si Laurent Wauquiez devait - même à son corps défendant - participer à le montrer du doigt, on ne saurait l’en blâmer.
  • Le #rapportTaché veut encore faciliter …

    Le #rapportTaché veut encore faciliter l'#immigration. Pour la modique somme de. ..600 millions d'euros ! #folieMigratoire #ParraineUnMigrant
Load More In Actualité

Check Also

Ligne à grande vitesse en Occitanie, disparition …

Ligne à grande vitesse en Occitanie, disparition programmée des "petites lignes" : ma lettre à la Ministre des Transports.

Facebook

Suivez-moi sur Twitter