Actualité

Encore une mauvaise nouvelle. .. France Gall, …

Encore une mauvaise nouvelle. .. France Gall, c’était la jeunesse éternelle des années 60.

Share this Story
  • La France vit sous un étrange paradoxe

    La France vit sous un étrange paradoxe : elle n’a jamais compté autant de médecins (près de 216 000 praticiens en activité recensés au 1er janvier 2017) tandis que les déserts médicaux s’étendent. Près d'un Français sur dix vit dans un désert médical.
  • #EtatsGenerauxBioethique

    #EtatsGenerauxBioethique : "science sans conscience n'est que ruine de l'âme" disait Rabelais. Protéger les plus faibles, c'est aussi protéger notre civilisation.
  • Pourquoi les #classesELCO s’adressent-elles à des …

    Pourquoi les #classesELCO s'adressent-elles à des enfants de 2ème ou 3ème génération dont les parents n'ont nullement l'intention de retourner dans leur pays d'origine ? @jmblanquer
  • Pénurie d’enseignants, soutien aux enseignants …

    Pénurie d'enseignants, soutien aux enseignants face aux violences accrues dans les établissements; L'exemple du lycée Galliéni de Toulouse. Ma question au ministre Blanquer. Et sa réponse.
  • Loi Pinel, logements sociaux, coeurs de ville… …

    Loi Pinel, logements sociaux, coeurs de ville... Ma question au gouvernement. Et la réponse du ministre.
  • Ma question sur l’aménagement du territoire et …

    Ma question sur l’aménagement du territoire et la revitalisation des centres-villes et des centres bourgs : services publics, services de proximité, commerce Monsieur le ministre, Trois chiffres. Je vous donnerai seulement trois chiffres tant ils sont éloquents ! 1. 63 % d’augmentation du taux de vacance des centres-villes en quatre ans. 2. À chiffre d’affaires égal, la grande distribution crée trois fois moins d’emplois que le commerce de proximité. - et 2,5 millions de m2 de nouvelles surfaces commerciales sont prévues d’ici 2021… oui, vous avez bien entendu : 2,5 millions de m2 à venir ! Nos centres-villes souffrent. Et la multiplication des autorisations de périphérie en est une des causes majeures... La désertion des centres-villes par les commerces est à la fois une cause et une conséquence d’un mécanisme de paupérisation qui a des effets négatifs non seulement en termes d’emploi et d’activité mais également en termes d’écologie (usage de la voiture, consommation urbaine, friches), de finances publiques (puisqu’on investit dans les centres-villes en laissant par ailleurs se développer un urbanisme commercial de périphérie), de tourisme et d’attractivité des centres-villes, d’habitat, voire de lien social. À Béziers, le taux de vacances commerciale est passé de 27 % il y a 3 ans à 17 % aujourd’hui. C’est encore trop, mais nous sommes sur la bonne voie ! Encore faut-il vouloir nous aider... un seul exemple : les zones franches. Un bilan en a-t-il été tiré ? À Béziers, l'échec est total. Elles ont vidé le centre-ville des professions libérales et des petites entreprises, accéléré la paupérisation du cœur de ville sans résoudre, loin s'en faut, ni le problème du chomage ni l'intégration des habitants de ces quartiers. Cela n’a pas empêché l’État de les reconduire en 2016, contre l’avis du maire et des acteurs économiques locaux ! À Montpellier, même constat : on retrouve par exemple à la Paillade toutes les études d'huissier de la ville, barricadées derrière des grillages et systèmes de vidéosurveillance, attirés par l'effet d'aubaine fiscale, sans aucun résultat sur le quartier. Monsieur le ministre, la revitalisation des centres-villes est une urgence, une priorité ! Quelles mesures comptez-vous prendre pour lutter efficacement contre les infractions commises par les grandes surfaces ? Êtes-vous prêt à adopter un moratoire pour leur installation au-delà d’un certain pourcentage de vacance commerciale ? Pouvez-vous dresser un bilan de l’efficacité des zones franches et êtes-vous prêt à associer pleinement les maires des communes concernées dans les mesures à adopter pour sauver nos cœurs de ville ?
Load More Related Articles
  • La France vit sous un étrange paradoxe

    La France vit sous un étrange paradoxe : elle n’a jamais compté autant de médecins (près de 216 000 praticiens en activité recensés au 1er janvier 2017) tandis que les déserts médicaux s’étendent. Près d'un Français sur dix vit dans un désert médical.
  • #EtatsGenerauxBioethique

    #EtatsGenerauxBioethique : "science sans conscience n'est que ruine de l'âme" disait Rabelais. Protéger les plus faibles, c'est aussi protéger notre civilisation.
  • Pourquoi les #classesELCO s’adressent-elles à des …

    Pourquoi les #classesELCO s'adressent-elles à des enfants de 2ème ou 3ème génération dont les parents n'ont nullement l'intention de retourner dans leur pays d'origine ? @jmblanquer
  • Pénurie d’enseignants, soutien aux enseignants …

    Pénurie d'enseignants, soutien aux enseignants face aux violences accrues dans les établissements; L'exemple du lycée Galliéni de Toulouse. Ma question au ministre Blanquer. Et sa réponse.
  • Loi Pinel, logements sociaux, coeurs de ville… …

    Loi Pinel, logements sociaux, coeurs de ville... Ma question au gouvernement. Et la réponse du ministre.
  • Ma question sur l’aménagement du territoire et …

    Ma question sur l’aménagement du territoire et la revitalisation des centres-villes et des centres bourgs : services publics, services de proximité, commerce Monsieur le ministre, Trois chiffres. Je vous donnerai seulement trois chiffres tant ils sont éloquents ! 1. 63 % d’augmentation du taux de vacance des centres-villes en quatre ans. 2. À chiffre d’affaires égal, la grande distribution crée trois fois moins d’emplois que le commerce de proximité. - et 2,5 millions de m2 de nouvelles surfaces commerciales sont prévues d’ici 2021… oui, vous avez bien entendu : 2,5 millions de m2 à venir ! Nos centres-villes souffrent. Et la multiplication des autorisations de périphérie en est une des causes majeures... La désertion des centres-villes par les commerces est à la fois une cause et une conséquence d’un mécanisme de paupérisation qui a des effets négatifs non seulement en termes d’emploi et d’activité mais également en termes d’écologie (usage de la voiture, consommation urbaine, friches), de finances publiques (puisqu’on investit dans les centres-villes en laissant par ailleurs se développer un urbanisme commercial de périphérie), de tourisme et d’attractivité des centres-villes, d’habitat, voire de lien social. À Béziers, le taux de vacances commerciale est passé de 27 % il y a 3 ans à 17 % aujourd’hui. C’est encore trop, mais nous sommes sur la bonne voie ! Encore faut-il vouloir nous aider... un seul exemple : les zones franches. Un bilan en a-t-il été tiré ? À Béziers, l'échec est total. Elles ont vidé le centre-ville des professions libérales et des petites entreprises, accéléré la paupérisation du cœur de ville sans résoudre, loin s'en faut, ni le problème du chomage ni l'intégration des habitants de ces quartiers. Cela n’a pas empêché l’État de les reconduire en 2016, contre l’avis du maire et des acteurs économiques locaux ! À Montpellier, même constat : on retrouve par exemple à la Paillade toutes les études d'huissier de la ville, barricadées derrière des grillages et systèmes de vidéosurveillance, attirés par l'effet d'aubaine fiscale, sans aucun résultat sur le quartier. Monsieur le ministre, la revitalisation des centres-villes est une urgence, une priorité ! Quelles mesures comptez-vous prendre pour lutter efficacement contre les infractions commises par les grandes surfaces ? Êtes-vous prêt à adopter un moratoire pour leur installation au-delà d’un certain pourcentage de vacance commerciale ? Pouvez-vous dresser un bilan de l’efficacité des zones franches et êtes-vous prêt à associer pleinement les maires des communes concernées dans les mesures à adopter pour sauver nos cœurs de ville ?
Load More By Emmanuelle Ménard
  • La France vit sous un étrange paradoxe

    La France vit sous un étrange paradoxe : elle n’a jamais compté autant de médecins (près de 216 000 praticiens en activité recensés au 1er janvier 2017) tandis que les déserts médicaux s’étendent. Près d'un Français sur dix vit dans un désert médical.
  • #EtatsGenerauxBioethique

    #EtatsGenerauxBioethique : "science sans conscience n'est que ruine de l'âme" disait Rabelais. Protéger les plus faibles, c'est aussi protéger notre civilisation.
  • Pourquoi les #classesELCO s’adressent-elles à des …

    Pourquoi les #classesELCO s'adressent-elles à des enfants de 2ème ou 3ème génération dont les parents n'ont nullement l'intention de retourner dans leur pays d'origine ? @jmblanquer
  • Pénurie d’enseignants, soutien aux enseignants …

    Pénurie d'enseignants, soutien aux enseignants face aux violences accrues dans les établissements; L'exemple du lycée Galliéni de Toulouse. Ma question au ministre Blanquer. Et sa réponse.
  • Loi Pinel, logements sociaux, coeurs de ville… …

    Loi Pinel, logements sociaux, coeurs de ville... Ma question au gouvernement. Et la réponse du ministre.
  • Ma question sur l’aménagement du territoire et …

    Ma question sur l’aménagement du territoire et la revitalisation des centres-villes et des centres bourgs : services publics, services de proximité, commerce Monsieur le ministre, Trois chiffres. Je vous donnerai seulement trois chiffres tant ils sont éloquents ! 1. 63 % d’augmentation du taux de vacance des centres-villes en quatre ans. 2. À chiffre d’affaires égal, la grande distribution crée trois fois moins d’emplois que le commerce de proximité. - et 2,5 millions de m2 de nouvelles surfaces commerciales sont prévues d’ici 2021… oui, vous avez bien entendu : 2,5 millions de m2 à venir ! Nos centres-villes souffrent. Et la multiplication des autorisations de périphérie en est une des causes majeures... La désertion des centres-villes par les commerces est à la fois une cause et une conséquence d’un mécanisme de paupérisation qui a des effets négatifs non seulement en termes d’emploi et d’activité mais également en termes d’écologie (usage de la voiture, consommation urbaine, friches), de finances publiques (puisqu’on investit dans les centres-villes en laissant par ailleurs se développer un urbanisme commercial de périphérie), de tourisme et d’attractivité des centres-villes, d’habitat, voire de lien social. À Béziers, le taux de vacances commerciale est passé de 27 % il y a 3 ans à 17 % aujourd’hui. C’est encore trop, mais nous sommes sur la bonne voie ! Encore faut-il vouloir nous aider... un seul exemple : les zones franches. Un bilan en a-t-il été tiré ? À Béziers, l'échec est total. Elles ont vidé le centre-ville des professions libérales et des petites entreprises, accéléré la paupérisation du cœur de ville sans résoudre, loin s'en faut, ni le problème du chomage ni l'intégration des habitants de ces quartiers. Cela n’a pas empêché l’État de les reconduire en 2016, contre l’avis du maire et des acteurs économiques locaux ! À Montpellier, même constat : on retrouve par exemple à la Paillade toutes les études d'huissier de la ville, barricadées derrière des grillages et systèmes de vidéosurveillance, attirés par l'effet d'aubaine fiscale, sans aucun résultat sur le quartier. Monsieur le ministre, la revitalisation des centres-villes est une urgence, une priorité ! Quelles mesures comptez-vous prendre pour lutter efficacement contre les infractions commises par les grandes surfaces ? Êtes-vous prêt à adopter un moratoire pour leur installation au-delà d’un certain pourcentage de vacance commerciale ? Pouvez-vous dresser un bilan de l’efficacité des zones franches et êtes-vous prêt à associer pleinement les maires des communes concernées dans les mesures à adopter pour sauver nos cœurs de ville ?
Load More In Actualité

Check Also

La France vit sous un étrange paradoxe

La France vit sous un étrange paradoxe : elle n’a jamais compté autant de médecins (près de 216 000 praticiens en activité recensés au 1er janvier 2017) tandis que les déserts médicaux s’étendent. Près d'un Français sur dix vit dans un désert médical.

Facebook

Suivez-moi sur Twitter