Ce qui est complètement fou dans cette histoire, …

Ce qui est complètement fou dans cette histoire, c’est de devoir attendre le feu vert de la #CEDH pour expulser un extrémiste. C’est à la France et à la France seule de décider qui elle accueille ou non sur son sol. #Marseille
https://t.co/VUsfCdlvin

Share this Story
  • Ce qui est complètement fou dans cette histoire, …

    Ce qui est complètement fou dans cette histoire, …

    Ce qui est complètement fou dans cette histoire, c'est de devoir attendre le feu vert de la #CEDH pour expulser un extrémiste. C'est à la France et à la France seule de décider qui elle accueille ou non sur son sol. #Marseille https://t.co/VUsfCdlvin
Load More Related Articles
  • À ce stade de la discussion du projet de …

    À ce stade de la discussion du projet de #loiAgriculture, il reste 17 minutes de temps de parole pour les 20 députés non inscrits pour défendre 138 amendements : cherchez l'erreur. .. #DirectAN
  • « Le maire de Béziers a été violemment agressé, …

    "Le maire de Béziers a été violemment agressé, le 5 mai dernier, alors qu'il participait, près de Bordeaux, à une réunion politique sur l'union des droites. Combien de députés de cette auguste assemblée s'en sont émus publiquement au nom du " respect du pluralisme " ?Je crains de les compter sur les doigts d'une main. Quant au Gouvernement, n'en parlons même pas... Aucune réaction. Alors le " respect du pluralisme " dans les nominations, laissez-moi sourire. Mais sourire jaune, je vous l'avoue..."
  • « Monsieur le Président, …

    "Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Monsieur le Rapporteur, Chers collègues, Voilà une proposition de loi qui, à première vue, ne peut qu'être approuvée, tant elle semble marquée du sceau du bon sens. Comment ne pas opiner du chef quand on vous explique que les quelques 700 nominations de députés dans les différents organismes où ils sont amenés à siéger doivent être décidées en toute clarté ? Comment ne pas acquiescer quand on nous propose de supprimer huit organismes extraparlementaires qui… ne se réunissent plus ? Ou encore, quand on nous suggère de mettre fin à la présence de parlementaires dans une vingtaine d'organismes dont, je cite " le niveau d'activité est faible ou inexistant " ? Tout cela va de soi. On serait juste tenté de poser une question : pourquoi donc n'avons-nous pas fermé plus tôt ces organismes divers et variés qui, manifestement, ne servent à rien ? Et du coup, si l'étude des 193 organismes dans lesquels des parlementaires sont amenés à siéger, a montré que quelques dizaines d'entre eux étaient tout simplement fantomatiques, on est en droit de d'interroger sur le nombre total de comités Théodule tout aussi fantomatiques mais qui n'ont pas fait l'objet des investigations présentes… Mais laissons cette question de côté… même si, me semble-t-il, elle ne manque pas de pertinence. Revenons donc à notre proposition de loi. Je ne m'étendrai pas sur la nécessité - comme nous le propose ce texte - pour certains organismes, jusqu'ici régis par des dispositions règlementaires, d'être dorénavant " élevés au rang législatif ", pour reprendre le jargon ad hoc. Tout ce qui va vers plus de clarté et l'instauration de règles identiques pour les différents organismes va dans la bonne direction. Même chose pour les organismes où aucun parlementaire ne siège actuellement alors qu'ils revêtent une véritable utilité. En finir avec la confusion actuelle, établir des règles claires, faire le ménage et donner les coups de balai nécessaires : voilà à quoi s'attaque cette proposition de loi. Et je salue, bien volontiers, le recensement et l'important travail de simplification menés par le président de notre Assemblée et celui du Sénat. Mais permettez-moi maintenant des remarques moins consensuelles. Si le respect de la parité dans ces nominations me semble une bonne chose - même si je ne suis pas persuadée que les intérêts du peuple français en seront, du coup, mieux pris en compte, mais passons - il en va différemment concernant le respect du pluralisme dont on nous parle dans l'exposé des motifs. Ces nominations - à quelques exceptions près - sont le fait des présidents de notre Assemblée et du Sénat. Quelques autres dépendent en effet de nos commissions permanentes ou de l'Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques, précise le texte que nous avons entre les mains. De quoi garantir " le respect du pluralisme " ? Sans offenser personne, permettez-moi d'en douter. Je ne dois pas être la seule dans cette Assemblée à constater qu'on a, au sommet de l'Etat comme dans les rangs du parti majoritaire - mais tout autant dans certains autres partis - une conception très étriquée du pluralisme. De la même manière que beaucoup, ici, n'ont de goût pour la liberté d'expression qu'à condition qu'elle soit réservée aux opinions qui leur conviennent, de la même manière ils n'aiment le pluralisme qu'autant qu'ils en soient les premiers - et parfois les seuls - bénéficiaires. J'ai lu, me semble-t-il avec attention, les 78 articles de cette proposition de loi sans jamais trouver un mot m'expliquant comment ce fameux " respect du pluralisme " allait être respecté justement ! Parce qu'il va de soi, me répondra-t-on. Mais le problème c'est qu'il ne va jamais de soi dans notre bon pays. On y préfère l'entre-soi. On s'offusque d'éventuels coups de canif dans le pluralisme mais seulement s'ils viennent léser ses propres intérêts, sa propre famille politique. En bref, on a la fâcheuse manie d'exclure du pluralisme ceux dont les opinions sont contraires aux siennes. Cette proposition de loi aurait pu être l'occasion d'une réflexion et, je n'ose rêver, d'une mise en œuvre concrète de ce " respect du pluralisme " dont beaucoup se revendiquent mais que bien peu pratiquent. Il n'en est rien. En suis-je étonnée ? Pas vraiment. Le maire de Béziers a été violemment agressé, le 5 mai dernier, alors qu'il participait, près de Bordeaux, à une réunion politique sur l'union des droites. Combien de députés de cette auguste assemblée s'en sont émus publiquement au nom du " respect du pluralisme " ?Je crains de les compter sur les doigts d'une main. Quant au Gouvernement, n'en parlons même pas... Aucune réaction. Alors le " respect du pluralisme " dans les nominations, laissez-moi sourire. Mais sourire jaune, je vous l'avoue..."
  • Le groupe d’études #Vigne #Vin #Oenologie au …

    Le groupe d'études #Vigne #Vin #Oenologie au travail pour aborder les questions de fiscalité au sein de la filière viticole ! #Viticulture #Hérault #Beziers #AssembléeNationale
  • Ce 27 mai, Béziers rend hommage à un grand …

    Ce 27 mai, Béziers rend hommage à un grand résistant européen !
  • Vous pouvez retrouver mon intervention dans …

    Vous pouvez retrouver mon intervention dans …

    Vous pouvez retrouver mon intervention dans l'émission Questions d'actualité de Marion Becker sur LCP du 22 mai 2018 (à partir de la 35ème minute)
Load More By Emmanuelle Ménard
  • À ce stade de la discussion du projet de …

    À ce stade de la discussion du projet de #loiAgriculture, il reste 17 minutes de temps de parole pour les 20 députés non inscrits pour défendre 138 amendements : cherchez l'erreur. .. #DirectAN
  • « Le maire de Béziers a été violemment agressé, …

    "Le maire de Béziers a été violemment agressé, le 5 mai dernier, alors qu'il participait, près de Bordeaux, à une réunion politique sur l'union des droites. Combien de députés de cette auguste assemblée s'en sont émus publiquement au nom du " respect du pluralisme " ?Je crains de les compter sur les doigts d'une main. Quant au Gouvernement, n'en parlons même pas... Aucune réaction. Alors le " respect du pluralisme " dans les nominations, laissez-moi sourire. Mais sourire jaune, je vous l'avoue..."
  • « Monsieur le Président, …

    "Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Monsieur le Rapporteur, Chers collègues, Voilà une proposition de loi qui, à première vue, ne peut qu'être approuvée, tant elle semble marquée du sceau du bon sens. Comment ne pas opiner du chef quand on vous explique que les quelques 700 nominations de députés dans les différents organismes où ils sont amenés à siéger doivent être décidées en toute clarté ? Comment ne pas acquiescer quand on nous propose de supprimer huit organismes extraparlementaires qui… ne se réunissent plus ? Ou encore, quand on nous suggère de mettre fin à la présence de parlementaires dans une vingtaine d'organismes dont, je cite " le niveau d'activité est faible ou inexistant " ? Tout cela va de soi. On serait juste tenté de poser une question : pourquoi donc n'avons-nous pas fermé plus tôt ces organismes divers et variés qui, manifestement, ne servent à rien ? Et du coup, si l'étude des 193 organismes dans lesquels des parlementaires sont amenés à siéger, a montré que quelques dizaines d'entre eux étaient tout simplement fantomatiques, on est en droit de d'interroger sur le nombre total de comités Théodule tout aussi fantomatiques mais qui n'ont pas fait l'objet des investigations présentes… Mais laissons cette question de côté… même si, me semble-t-il, elle ne manque pas de pertinence. Revenons donc à notre proposition de loi. Je ne m'étendrai pas sur la nécessité - comme nous le propose ce texte - pour certains organismes, jusqu'ici régis par des dispositions règlementaires, d'être dorénavant " élevés au rang législatif ", pour reprendre le jargon ad hoc. Tout ce qui va vers plus de clarté et l'instauration de règles identiques pour les différents organismes va dans la bonne direction. Même chose pour les organismes où aucun parlementaire ne siège actuellement alors qu'ils revêtent une véritable utilité. En finir avec la confusion actuelle, établir des règles claires, faire le ménage et donner les coups de balai nécessaires : voilà à quoi s'attaque cette proposition de loi. Et je salue, bien volontiers, le recensement et l'important travail de simplification menés par le président de notre Assemblée et celui du Sénat. Mais permettez-moi maintenant des remarques moins consensuelles. Si le respect de la parité dans ces nominations me semble une bonne chose - même si je ne suis pas persuadée que les intérêts du peuple français en seront, du coup, mieux pris en compte, mais passons - il en va différemment concernant le respect du pluralisme dont on nous parle dans l'exposé des motifs. Ces nominations - à quelques exceptions près - sont le fait des présidents de notre Assemblée et du Sénat. Quelques autres dépendent en effet de nos commissions permanentes ou de l'Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques, précise le texte que nous avons entre les mains. De quoi garantir " le respect du pluralisme " ? Sans offenser personne, permettez-moi d'en douter. Je ne dois pas être la seule dans cette Assemblée à constater qu'on a, au sommet de l'Etat comme dans les rangs du parti majoritaire - mais tout autant dans certains autres partis - une conception très étriquée du pluralisme. De la même manière que beaucoup, ici, n'ont de goût pour la liberté d'expression qu'à condition qu'elle soit réservée aux opinions qui leur conviennent, de la même manière ils n'aiment le pluralisme qu'autant qu'ils en soient les premiers - et parfois les seuls - bénéficiaires. J'ai lu, me semble-t-il avec attention, les 78 articles de cette proposition de loi sans jamais trouver un mot m'expliquant comment ce fameux " respect du pluralisme " allait être respecté justement ! Parce qu'il va de soi, me répondra-t-on. Mais le problème c'est qu'il ne va jamais de soi dans notre bon pays. On y préfère l'entre-soi. On s'offusque d'éventuels coups de canif dans le pluralisme mais seulement s'ils viennent léser ses propres intérêts, sa propre famille politique. En bref, on a la fâcheuse manie d'exclure du pluralisme ceux dont les opinions sont contraires aux siennes. Cette proposition de loi aurait pu être l'occasion d'une réflexion et, je n'ose rêver, d'une mise en œuvre concrète de ce " respect du pluralisme " dont beaucoup se revendiquent mais que bien peu pratiquent. Il n'en est rien. En suis-je étonnée ? Pas vraiment. Le maire de Béziers a été violemment agressé, le 5 mai dernier, alors qu'il participait, près de Bordeaux, à une réunion politique sur l'union des droites. Combien de députés de cette auguste assemblée s'en sont émus publiquement au nom du " respect du pluralisme " ?Je crains de les compter sur les doigts d'une main. Quant au Gouvernement, n'en parlons même pas... Aucune réaction. Alors le " respect du pluralisme " dans les nominations, laissez-moi sourire. Mais sourire jaune, je vous l'avoue..."
  • Le groupe d’études #Vigne #Vin #Oenologie au …

    Le groupe d'études #Vigne #Vin #Oenologie au travail pour aborder les questions de fiscalité au sein de la filière viticole ! #Viticulture #Hérault #Beziers #AssembléeNationale
  • Ce 27 mai, Béziers rend hommage à un grand …

    Ce 27 mai, Béziers rend hommage à un grand résistant européen !
  • Vous pouvez retrouver mon intervention dans …

    Vous pouvez retrouver mon intervention dans …

    Vous pouvez retrouver mon intervention dans l'émission Questions d'actualité de Marion Becker sur LCP du 22 mai 2018 (à partir de la 35ème minute)
Load More In Actualité

Check Also

À ce stade de la discussion du projet de …

À ce stade de la discussion du projet de #loiAgriculture, il reste 17 minutes de temps de parole pour les 20 députés non inscrits pour défendre 138 amendements : cherchez l'erreur. .. #DirectAN

Facebook

Suivez-moi sur Twitter