Je viens d’intervenir dans le cadre de la Commission des lois de ce mercredi 22 avril.
J’ai ainsi pu interroger les directeurs généraux de la gendarmerie et police nationale, je vous propose de retrouver ci-dessous ma question :
Merci messieurs pour ces deux présentations et à mon tour, je souhaite vous remercier et plus particulièrement les gendarmeries de ma circonscription, tout comme les polices nationale et municipale de Béziers pour la qualité du travail effectué en commun depuis le début du confinement.Deux chiffres annoncés côté gendarmerie ont retenu mon attention: Taux de verbalisation par la gendarmerie pour des entorses au confinement: 4,4 %, ce qui semble assez peu. À Béziers par exemple, le taux de verbalisation par la PM uniquement est plutôt à plus de 12% en moyenne… J’imagine que ce taux doit être extrêmement variable en fonction des zones géographiques sur lesquelles on se trouve…Vous avez parlé de 73% de violences physiques et verbales. Et là, votre chiffre rejoint ce que constate notre gendarmerie, en périphérie de Béziersdonc,qui a constaté une augmentation significative des agressions principalement verbales (mais pas seulement) et pas uniquement de la part du public «habituel».Trois questions: Certains parlent d’une logique d’apaisement, voire d’évitement des contrôles dans les quartiers sensibles, du fait notamment de la limite des moyens matériels et humains. Est-ce vrai et avez -vous reçu des consignesen ce sens? La convergence de l’arrivée des beaux jours, du début du ramadan, de la perspective du déconfinement et de l’impact de l’état d’urgence sanitaire sur les trafics, en particulier de stupéfiants, font craindre par les professionnels un respect du confinement en soirée beaucoup plus compliqué à respecter pour les jours à venir. Un dispositif particulier est-il prévu? Et enfin, dernière question plus matérielle. On a beaucoup parlé des masques. Mais les forces de sécurité, ce sont aussi des bâtiments et des véhicules. Est-ce que des mesures de désinfection ont été mises en place et à quelle fréquencedans les bureaux d’audition, les salles d’attente, les services «plaintes» ou les cellules de garde à vue et dégrisement par exemple et les véhicules? Est-ce suffisant et satisfaisant?”

Vous pouvez consulter la vidéo relative à cette question ci-dessous :

Je vous invite à prendre connaissance des réponses de messieurs Veaux et Rodriguez :